LVE – Journée de l’Europe (09/05)

Dans quelques jours, nous fêterons la journée de l’Europe (9 mai). Pour cette occasion, je souhaite travailler autour des pays européens avec un nouveau jeu coopératif : le « Restaurant de l’Europe » très inspiré du jeu « Kosmopolit ».

BUT DU JEU : arriver à servir les clients du restaurant le plus européen du monde ! Mais attention, dans ce restaurant, les clients viennent commander des plats dans leur langue native.

COMMENT ? 
Pour jouer à ce jeu, il est possible de le faire avec toute la classe. Il faut simplement diviser la classe en groupe de 3 ou 4 cuisiniers. Chaque équipe se verra remettre un plateau du restaurant, un lot de cartes « langues » et un lot de cartes « aliments ».

Étape 1 : L’enseignant choisit une carte « service » et utilise Google traduction pour faire écouter les commandes aux élèves. Je vous conseille d’ouvrir Google traduction sur 8 onglets et de préparer les 8 traductions pendant que les élèves se familiarisent avec les cartes « langues » . Puis, l’enseignant indique la table à servir et fait écouter 2 ou 3 fois l’aliment dans la langue native.

Étape 2 : Les élèves doivent ensuite trouver cet aliment grâce à leurs cartes « langues ». Chacune de ces cartes correspond à une langue européenne, et comprend 5 aliments dans cette langue. Chaque aliment est écrit dans la langue native puis accompagné du nom en français et du dessin.

Étape 3 : Quand un cuisinier de l’équipe a trouvé un aliment sur une carte, il cherche avec ses camarades la carte « aliment » correspondante et il la pose sur la table adéquate du restaurant (sur le plateau de jeu).

Étape 4 : Recommencer les 3 étapes précédentes avec une autre table.

LIEN : le restaurant de l’Europe (plateau + cartes)

Variables :
– Proposer un temps pour servir les 8 tables du restaurant. Commencer avec 10 minutes puis réduire le temps d’une minute à chaque service.
– Aider les équipes en montrant le drapeau du pays correspondant pour faciliter la recherche.
– Proposer à un élève de faire le serveur en écoutant les commandes dans un casque et en les répétant à toute la classe.

Pour continuer cette activité, nous essayerons de trouver ces 6 pays sur une carte.

Apprendre à chercher – Le sprint final

Le sprint final est une activité pour apprendre à chercher. Elle se décline en 2 niveaux. Le principe de cette activité est de trouver tous les résultats/arrivées possibles de la course. Ce problème pour chercher s’inspire d’un exercice trouvé dans la méthode Accès Maths au CE1.
Pour cet exercice, il n’est pas possible d’avoir deux coureurs ex-eaquo.

LIEN : l’activité du sprint final
LIEN : la correction du sprint final

Apprendre à chercher – Le magasin de bonbons

Après « le marchand de glaces » et « le drapeau bacadien ». Je vous propose une nouvelle activité pour apprendre à chercher. Elle se décline en plusieurs niveaux progressifs. Le principe de cette activité est de trouver toutes les combinaisons possibles de lots de sucettes ou de sachets de bonbons.

Pour cet exercice, la position des sucettes ou des bonbons n’a pas d’importance. En effet que la sucette à la fraise soit placée en premier ou en deuxième, le résultat est le même. On mangera une sucette à la fraise et une sucette au coca. Même logique pour les sachets de bonbons.

Je vous propose deux versions de ce magasin de bonbons : 
LIEN : la VERSION 1 propose plus de lots de sucettes ou de sachets qu’il n’y a de solutions.
LIEN : la VERSION 2 propose autant de lots de sucettes ou de sachets que de solutions.

LIEN : la correction du magasin de bonbons

Apprendre à chercher – Le drapeau bacadien

Le drapeau bacadien est une activité pour apprendre à chercher. Elle se décline en 3 niveaux progressifs. Le principe de cette activité est de trouver toutes les combinaisons de drapeaux possibles avec les couleurs proposées par Bacady. Ce problème pour chercher s’inspire d’un exercice trouvé dans la méthode Accès Maths au CE1.
Pour cet exercice, il n’est pas possible d’avoir deux fois la même couleur sur un drapeau.

Je vous propose deux versions de ce drapeau bacadien : 
LIEN : la VERSION 1 propose plus de drapeaux qu’il n’y a de solutions.
LIEN : la VERSION 2 propose autant de drapeaux que de solutions.

LIEN : la correction du drapeau bacadien

Faire du YOGA à l’école

Le yoga pour enfant séduit de plus en plus d’enseignants car il semble que cette discipline soit capable d’améliorer la concentration des enfants et par conséquent leurs performances. Mais le plus important, c’est qu’il offre aux enfants des outils pour mieux se connaître ou pour mieux prendre connaissance de son corps.

En effet, le yoga comporte de nombreux bienfaits !

Au niveau du corps , le yoga pour enfant :
– détend
– étire et tonifie les muscles,
– assouplit les articulations,
– améliore la fonction cardiaque,
– renforce la colonne vertébrale,
– diminue la fatigue.

Au niveau du mental , le yoga pour enfant :
– détend l’esprit,
– calme les pensées,
– diminue le stress,
– travaille sur la confiance en soi.

Si le yoga vous intéresse et que vous souhaitez l’exercer avec vos élèves, je vous propose deux petits jeux (LIEN). Ils se jouent avec seulement 13 cartes « posture ». Voici les règles :

Je vous propose également une version « affiche A5 » pour les séances de yoga en collectif (LIEN). Vous pouvez proposer le yoga à vos élèves lors d’un temps calme de 10 minutes ou lors de vos séances d’EPS (dans une séquence complète sur le yoga ou simplement en fin de séance pour les étirements)

AUTRE VERSION – les cartes « enchaînement » où les élèves doivent reproduire 3 postures à la suite (LIEN).


RETOUR SUR MA PRATIQUE EN CLASSE
Mes élèves adorent ça ! En début d’année, je leur ai proposé une séance d’EPS dédiée à cette discipline. Je vous avoue que j’avais peur qu’ils ne l’apprécient pas. 
Lors de cette séance, nous avons essayé de reproduire les 13 postures proposées et de faire quelques enchainements. Ils ont trouvé cet exercice plus difficile qu’ils ne l’imaginaient. Mais contre toute attente, tous les élèves ont apprécié pratiquer le yoga.
Après cette séance commune, j’ai décidé de créer un coin yoga devant la porte d’entrée de ma classe. Et je peux vous dire qu’ils se battent pour pouvoir y aller. Dans ce petit coin, nous retrouvons les 13 postures, les 12 enchaînements de yoga et un tapis de yoga également. 

Quand peuvent-ils y aller ? 
Ils savent qu’ils peuvent y aller lorsqu’ils ont terminé un exercice que nous faisons en classe entière. S’ils finissent dans les premiers mais que le temps restant ne leur permet pas de commencer une activité d’autonomie, je leur propose d’aller lire un livre ou de faire du yoga. Vous devinez leur réponse ? 

Les illustrations ont été prises sur « Flaticon » et ont été crées par Vitaly Gorbachev

NAMASTÉ

Des INDISPENSABLES en CP

Voici un petit article sur certains de mes affichages et autres documents qui me seront indispensables (ou non 😂) pour cette première année en CP.

COMPORTEMENT et BONS POINTS :

COMPORTEMENT :
LIEN : l’échelle du comportement

BONS POINTS :
– Thème Pokémon : LIEN
– Thème Drapeaux : LIEN
– Thème Bacady : LIEN


AUTONOMIE et NOTATION :

AUTONOMIE :
LIEN : l’affichage des centres
LIEN : les étiquettes bacs

NOTATION :
LIEN : le code couleurs des corrections


CALENDRIER, JOURS, MOIS et SAISONS :

LES AFFICHES DU TEMPS :
LIEN : le calendrier 2021-2022
LIEN : la roue de la semaine
LIEN : la roue des saisons
LIEN : la roue des mois
LIEN : la météo
LIEN : les étiquettes date


AUTRES DOCUMENTS :

LIEN : la toise pour mesurer la taille des élèves (à imprimer en 100%)
LIEN : chaque jour compte
LIEN : absents/présents et cantine
LIEN : les marques-pages
LIEN : les étiquettes porte-manteaux

Apprendre à chercher – Le marchand de glaces

Le marchand de glaces est une activité pour apprendre à chercher. Elle se décline en 5 niveaux progressifs. Le principe de cette activité est de trouver toutes les combinaisons de glaces possibles avec les parfums disponibles. Ce problème pour chercher s’inspire d’un exercice trouvé dans la méthode Accès Maths au CE1.

Pour cet exercice, la position des boules de glaces n’a pas d’importance. En effet que la boule à l’orange soit placée en premier ou en deuxième, le résultat est le même. On mangera une boule à l’orange et une boule à la pistache.

Je vous propose deux versions de ce marchand de glaces :
LIEN : la VERSION 1 propose plus de cornets de glaces qu’il n’y a de solutions.
LIEN : la VERSION 2 propose autant de cornets de glaces que de solutions.

LIEN : la correction du marchand de glaces.

Le pictogramme du marchand de glaces a été pris sur le site « Flaticon » et a été créé par « Monkik ».

Résoudre les problèmes

Les problèmes, c’est un véritable casse-tête pour les élèves. Je pense que je n’ai pas besoin de faire tout un article sur les difficultés qu’ont nos élèves à résoudre des problèmes. Cette année avec mes collègues (CP et CE1), nous avons profité de nos journées de pondération pour mettre en place un système pour aborder les problèmes avec nos élèves.

Ce système est basé sur un code couleur. En effet, chaque catégorie de problèmes possède sa propre couleur. Voici la synthèse de notre code couleur (ICI) :

Il est important de savoir que nous ne donnons pas toutes les couleurs aux élèves dès le début de l’année. Nous avons élaboré une progressivité au cycle 2 (basée sur la programmation d’Accès : méthode que nous utilisons dans les classes de CP et CE1). Ce tableau (ICI) indique la période à laquelle le problème de référence est traité et fait l’objet d’un affichage en classe.

Néanmoins, d’autres problèmes de tout type sont vus à chaque période, dès le début de l’année, en amont puis à la suite de cette séance d’« institutionnalisation ». Les problèmes n’auront simplement pas de couleur tant que les élèves n’auront pas fait le problème de référence.

COMMENT J’UTILISE CE SYSTÈME AU SEIN DE MA CLASSE ?

Chaque semaine, j’ai un créneau d’une demi-heure prévue pour la résolution de problèmes. Je l’utilise pour aborder les problèmes de référence, et institutionnaliser une catégorie de problèmes. Je peux également utiliser ce temps pour que les élèves avancent sur leurs ceintures de résolution de problèmes.
En plus de ce créneau, je réserve 10 minutes chaque matin soit pour avancer sur les ceintures soit pour résoudre un problème commun (afin de réactiver tel ou tel problème de référence).


OÙ SE TROUVENT LES PROBLÈMES DE RÉFÉRENCE ?

Pour aider les élèves, chaque problème de référence est affiché sur le mur des mathématiques. Sur cette affichage, nous avons la couleur du problème, le problème de référence, le schéma et le calcul ainsi que la phrase réponse (voir diaporama). En plus de cette affichage commun, chaque élève possède le problème de référence dans son porte-vues. Grâce à cet outil, Il est possible de glisser d’autres problèmes identiques au problème de référence.

OÙ RÉSOLVENT-ILS LEURS PROBLÈMES ?


Ils résolvent les problèmes dans le porte-vues également. Une fiche d’aide à la résolution de problèmes y a été glissée. Ils utilisent un Vellada ou un Woody pour chercher la réponse au problème (voir le diaporama). Sur cette fiche (ICI), ils doivent réécrire la question, trouver la couleur du problème, réaliser un dessin mathématiques ou un schéma (nous utilisons le schéma en barre comme dans Accès), faire le.s calcul.s puis écrire une phrase réponse.

QUELS SONT LES RÉSULTATS ?

La première chose que j’ai envie de vous dire c’est que mes élèves adorent résoudre des problèmes maintenant. Je ne sais pas si c’est la catégorisation avec les couleurs, ou les schémas en barre ou encore les ceintures de problèmes mais ils sont contents lorsque l’on passe à la résolution de problèmes. Je pense que cette réaction est déjà une grande victoire.
Pour ma part, j’ai l’impression que le code couleur les aide à mieux cerner la façon de les résoudre. Ça aide à voir plus clair sur la catégorisation des problèmes. D’ailleurs, si un élève bloque sur un problème, je peux l’aiguiller en lui donnant la couleur du problème. Il peut ainsi regarder le problème de référence.
Autant de couleurs peut faire peur mais nous avons décidé d’uniformiser ce code couleur et les schémas en barre dans l’école. Ainsi les élèves ne seront pas perdus d’une année à l’autre.


Un énorme merci à mes collègues Émeline, Virginie et Justine pour m’avoir autorisé à publier notre travail.

Nominal Construction – Travailler sur les groupes nominaux

Je vous présente Nominal Construction : une activité sur les groupes nominaux. Les élèves doivent construire 10 groupes nominaux en s’aidant des mots présents dans le nuage de mots. Une fois qu’ils ont trouvés un groupe nominal possible au niveau des accords, ils doivent le recopier sans erreur. Cette activité a un double objectif : travailler sur la construction des groupes nominaux et se concentrer sur les accords dans le groupe nominal.
Nominal Construction est composée de 8 fiches, ce qui fait 80 phrases à réaliser.

Attention, il existe deux versions de cette activité. Sur les deux versions, il y a des indications sur la construction des groupes nominaux possibles mais la première version utilise un code couleur qui permet aux élèves de repérer la nature des mots. Ce code couleur n’existe pas dans la deuxième version.

Dans la correction, j’ai mis 10 groupes nominaux possibles mais la liste est plus longue car les adjectifs peuvent aller avec plusieurs noms.

LIEN : les 8 fiches de Nominal Construction – VERSION 1 avec un code couleur
LIEN : les 8 fiches de Nominal Construction – VERSION 2 sans code couleur (niveau plus difficile)
LIEN : la correction de Nominal Construction