Bienvenue dans mon zoo – Production d’écrits

Suite à l’activité « Bienvenue au zoo » sur la lecture et la recherche documentaire, je vous propose une activité sur le même thème pour travailler la production d’écrits avec les élèves. Voici le visuel de cette activité :

Bienvenue dans mon zoo se présente sous forme de différents plateaux (2 enclos, 4 enclos ou 6 enclos) accompagnés de plusieurs enclos interchangeables (24 enclos pour le moment).

Pour pouvoir débuter l’activité d’écriture, l’élève va choisir les enclos qu’il souhaite mettre dans son zoo. Les différents plateaux permettent une première différenciation.
Ensuite, l’élève va devoir décrire ce que chaque personnage présent dans son zoo observe. Dans cette phase de l’activité, on peut s’attendre à différentes productions.

Exemple :
– Sophie regarde les manchots.
– Sophie regarde les manchots blancs et noirs.

– La petite fille rousse voit des animaux de la banquise glisser sur la glace.
– Eddy observe la crinière du roi de la savane tandis que Lola regarde les kangourous bondir.
– Younès regarde un animal herbivore venant de l’Australie. Cet animal ressemble à un petit ourson.


Dans cette activité, on peut travailler sur la description des personnages, sur la description des animaux ou de ce qui est présent dans leur enclos mais également sur leur habitude alimentaire et leur lieu de vie d’origine. Ces informations, les élèves peuvent les trouver dans les petites fiches documentaires (ICI). Avec les nombreux enclos mis à disposition, les élèves peuvent travailler sur ce thème plusieurs séances afin d’enrichir leur production.

Je trouve cette activité vraiment intéressante, car elle est facilement différentiable pour chaque élève, grâce aux différents plateaux mais aussi en fonction de nos attentes au niveau de la production d’écrits. Pour les plus en difficulté, on peut facilement imaginer un texte à trou ou un modèle à reproduire avec d’autres animaux.

LIEN : les plateaux « Bienvenue dans mon zoo »
LIEN : les 24 premiers enclos 

Je vous présente un peu le visuel de quelques enclos disponibles :

Les pictogrammes du jeu ont été pris sur le site « Flaticon » et ont été créés par « Freepik », « Flat Icons », « Surang », « Smashicons » et « Monkik ».

Apprendre à chercher – Le marchand de glaces

Le marchand de glaces est une activité pour apprendre à chercher. Elle se décline en 5 niveaux progressifs. Le principe de cette activité est de trouver toutes les combinaisons de glaces possibles avec les parfums disponibles. Ce problème pour chercher s’inspire d’un exercice trouvé dans la méthode Accès Maths au CE1.

Pour cet exercice, la position des boules de glaces n’a pas d’importance. En effet que la boule à l’orange soit placée en premier ou en deuxième, le résultat est le même. On mangera une boule à l’orange et une boule à la pistache.

Je vous propose deux versions de ce marchand de glaces :
LIEN : la VERSION 1 propose plus de cornets de glaces qu’il n’y a de solutions.
LIEN : la VERSION 2 propose autant de cornets de glaces que de solutions.

LIEN : la correction du marchand de glaces.

Le pictogramme du marchand de glaces a été pris sur le site « Flaticon » et a été créé par « Monkik ».

Résoudre les problèmes

Les problèmes, c’est un véritable casse-tête pour les élèves. Je pense que je n’ai pas besoin de faire tout un article sur les difficultés qu’ont nos élèves à résoudre des problèmes. Cette année avec mes collègues (CP et CE1), nous avons profité de nos journées de pondération pour mettre en place un système pour aborder les problèmes avec nos élèves.

Ce système est basé sur un code couleur. En effet, chaque catégorie de problèmes possède sa propre couleur. Voici la synthèse de notre code couleur (ICI) :

Il est important de savoir que nous ne donnons pas toutes les couleurs aux élèves dès le début de l’année. Nous avons élaboré une progressivité au cycle 2 (basée sur la programmation d’Accès : méthode que nous utilisons dans les classes de CP et CE1). Ce tableau (ICI) indique la période à laquelle le problème de référence est traité et fait l’objet d’un affichage en classe.

Néanmoins, d’autres problèmes de tout type sont vus à chaque période, dès le début de l’année, en amont puis à la suite de cette séance d’« institutionnalisation ». Les problèmes n’auront simplement pas de couleur tant que les élèves n’auront pas fait le problème de référence.

COMMENT J’UTILISE CE SYSTÈME AU SEIN DE MA CLASSE ?

Chaque semaine, j’ai un créneau d’une demi-heure prévue pour la résolution de problèmes. Je l’utilise pour aborder les problèmes de référence, et institutionnaliser une catégorie de problèmes. Je peux également utiliser ce temps pour que les élèves avancent sur leurs ceintures de résolution de problèmes.
En plus de ce créneau, je réserve 10 minutes chaque matin soit pour avancer sur les ceintures soit pour résoudre un problème commun (afin de réactiver tel ou tel problème de référence).


OÙ SE TROUVENT LES PROBLÈMES DE RÉFÉRENCE ?

Pour aider les élèves, chaque problème de référence est affiché sur le mur des mathématiques. Sur cette affichage, nous avons la couleur du problème, le problème de référence, le schéma et le calcul ainsi que la phrase réponse (voir diaporama). En plus de cette affichage commun, chaque élève possède le problème de référence dans son porte-vues. Grâce à cet outil, Il est possible de glisser d’autres problèmes identiques au problème de référence.

OÙ RÉSOLVENT-ILS LEURS PROBLÈMES ?


Ils résolvent les problèmes dans le porte-vues également. Une fiche d’aide à la résolution de problèmes y a été glissée. Ils utilisent un Vellada ou un Woody pour chercher la réponse au problème (voir le diaporama). Sur cette fiche (ICI), ils doivent réécrire la question, trouver la couleur du problème, réaliser un dessin mathématiques ou un schéma (nous utilisons le schéma en barre comme dans Accès), faire le.s calcul.s puis écrire une phrase réponse.

QUELS SONT LES RÉSULTATS ?

La première chose que j’ai envie de vous dire c’est que mes élèves adorent résoudre des problèmes maintenant. Je ne sais pas si c’est la catégorisation avec les couleurs, ou les schémas en barre ou encore les ceintures de problèmes mais ils sont contents lorsque l’on passe à la résolution de problèmes. Je pense que cette réaction est déjà une grande victoire.
Pour ma part, j’ai l’impression que le code couleur les aide à mieux cerner la façon de les résoudre. Ça aide à voir plus clair sur la catégorisation des problèmes. D’ailleurs, si un élève bloque sur un problème, je peux l’aiguiller en lui donnant la couleur du problème. Il peut ainsi regarder le problème de référence.
Autant de couleurs peut faire peur mais nous avons décidé d’uniformiser ce code couleur et les schémas en barre dans l’école. Ainsi les élèves ne seront pas perdus d’une année à l’autre.


Un énorme merci à mes collègues Émeline, Virginie et Justine pour m’avoir autorisé à publier notre travail.

Bienvenue au zoo – Lecture et recherche documentaire

Bienvenue au zoo est un jeu de lecture compréhension. Il se décline en deux plateaux distincts et indépendants : le zoo de Beauval et le zoo de Sigean.

BUT DU JEU : Placer les membres de la famille devant le bon enclos selon un texte-énigme. Les textes permettent de travailler dans un premier temps la lecture mais au fur et à mesure des recherches seront à faire dans les fiches documentaires.

En effet, ce jeu va permettre aux élèves d’en découvrir davantage sur la description des animaux, sur leur alimentation, sur le nom de la femelle et du petit mais aussi sur leur lieu de vie.
Voici un exemple des fiches documentaires (LIEN) qui accompagnent le jeu :


Bienvenue au zoo de Beauval se focalise sur la girafe, le phoque, l’ours polaire, le tigre, le zèbre et l’orang-outan.

LIEN : le plateau de jeu
LIEN : les cartes énigmes
LIEN : les fiches réponses
LIEN : les solutions

Bienvenue au zoo de Sigean se focalise sur le panda, le lion, le manchot, l’éléphant, l’hippopotame et le gorille.

LIEN : le plateau de jeu
LIEN : les cartes énigmes
LIEN : les fiches réponses
LIEN : les solutions


Pour rester dans le thème des animaux, je vous propose également des outils :
– pour travailler la production d’écrits (ICI) où les élèves doivent écrire ce que voit chaque personnage dans l’enclos devant eux. 
– pour créer un zoo de classe modulable (ICI). Grâce aux enclos interchangeables, il est possible d’organiser un zoo pour la classe et d’ajouter un enclos après l’étude d’un animal.


Petite astuce : j’imprime les cartes énigmes sur du papier plus épais puis je les découpe. Je forme ensuite un petit carnet que je relie. Je rajoute également une feuille transparente épaisse devant et derrière pour qu’il ne s’abîme pas trop. Pour les plateaux, je vais mettre du velcro derrière les étiquettes personnages et sur chaque poste d’observation.

Les pictogrammes du jeu ont été pris sur le site « Flaticon » et ont été créés par « Freepik », « Flat Icons », « Surang », « Smashicons ».

La chocolaterie – Décodage de mots avec sons complexes

Je me suis inspiré d’un film très connu pour faire le nouvel univers que je vous présente dans cet article. Ce nouveau plateau de jeu s’appelle : La chocolaterie.
Vous avez trouvé la référence ?

Il s’agit de mon premier jeu coopératif. Il se focalise sur le décodage de mots contenant des sons complexes (au/ou/ai/ei/ain/ein/oi/in/im/am/an/en/em).

BUT DU JEU : faire le tour de la chocolaterie avant que les lutins ne mangent tous les chocolats.

COMMENT ?
Les joueurs tiennent dans la même équipe et déplaceront le même pion. Pour commencer, les 17 chocolats sont placés au centre du plateau et le pion de l’équipe est placé sur la case départ.

Le premier joueur lance le dé :
– si c’est un 2 ou un 5 : les lutins mangent un chocolat (un des chocolats du centre est retiré du plateau).
– si c’est un 1, un 3, un 4 ou un 6 : le joueur peut avancer le pion d’une case et peut relancer le dès pour connaître quelle carte il va piocher. Ensuite, il pioche la carte et lit le mot écrit dessus. Si la lecture est bonne, il ne se passe rien (ce sera au tour du joueur suivant) mais si la lecture n’est pas bonne, les lutins mangent un autre chocolat.

Pourquoi deux types de cartes ?
– les cartes de l’arbre de canne à sucre contiennent des mots ayant une consonne suivie d’un son complexe (exemple : vou – pai – man …).
– les cartes de l’arbre au chocolat contiennent des mots ayant deux consonnes suivies d’un son complexe (exemple : grou – flai – plan …).

La partie peut s’arrêter de deux façons :
– si tous les chocolats ont été mangés. L’équipe perd la partie.
– si l’équipe a fait le tour entier de la chocolaterie et qu’il reste au moins un chocolat au centre. L’équipe gagne la partie.

LIEN : le jeu de la chocolaterie (plateau + cartes)
LIEN : les règles du jeu de la chocolaterie

Les pictogrammes du jeu ont été pris sur le site « Flaticon » et ont été créés par « Freepik ».

Nominal Construction – Travailler sur les groupes nominaux

Je vous présente Nominal Construction : une activité sur les groupes nominaux. Les élèves doivent construire 10 groupes nominaux en s’aidant des mots présents dans le nuage de mots. Une fois qu’ils ont trouvés un groupe nominal possible au niveau des accords, ils doivent le recopier sans erreur. Cette activité a un double objectif : travailler sur la construction des groupes nominaux et se concentrer sur les accords dans le groupe nominal.
Nominal Construction est composée de 8 fiches, ce qui fait 80 phrases à réaliser.

Attention, il existe deux versions de cette activité. Sur les deux versions, il y a des indications sur la construction des groupes nominaux possibles mais la première version utilise un code couleur qui permet aux élèves de repérer la nature des mots. Ce code couleur n’existe pas dans la deuxième version.

Dans la correction, j’ai mis 10 groupes nominaux possibles mais la liste est plus longue car les adjectifs peuvent aller avec plusieurs noms.

LIEN : les 8 fiches de Nominal Construction – VERSION 1 avec un code couleur
LIEN : les 8 fiches de Nominal Construction – VERSION 2 sans code couleur (niveau plus difficile)
LIEN : la correction de Nominal Construction

Attrapez-les tous, Pokémon – Mathématiques

J’ai adoré le jeu de mathématiques proposé par Maîtrefafa. J’ai donc eu l’idée de lui proposer un design de plateau de jeu.

LIEN : mon plateau de jeu
LIEN : le reste du jeu se trouve sur le blog de Maîtrefafa

Son jeu (pour cycle 3) permet de travailler plusieurs compétences : comparer des grands nombres, comparer des nombres décimaux, convertir des longueurs, additionner des grands nombres et additionner des nombres décimaux.

Les images des Pokémon proviennent de www.pokémon.fr.

CalculoTrésor – Le calcul posé CE1-CE2

Je vous propose une nouvelle activité de calcul à faire en autonomie : CalculoTrésor. Cet exercice permet de travailler l’addition et la soustraction posées. Je me suis inspiré d’une activité créée par Ipôtame pour fabriquer ma propre version sous forme de ceintures. Cette version comprend 8 niveaux contenant chacun 20 calculs posés.

LIEN : la progression de cette ceinture « CalculoTrésor »

Le principe de cette activité est simple ! Les élèves doivent gagner les 8 clés pour ouvrir le coffre. Pour obtenir une clé, ils doivent réussir une ceinture. Il y a 4 fiches de 5 calculs dans chaque niveau.

Comment ça marche ?
Les élèves doivent prendre une fiche calcul ainsi qu’une fiche réponse. Ils résolvent le premier calcul sur ardoise et cherchent la lettre correspondant à la réponse pour l’inscrire sur leur fiche réponse. Ils font la même chose avec les autres calculs jusqu’à obtenir les 4 codes de la ceinture.

LIEN : l’activité CalculoTrésor
LIEN : les fiches réponses et la correction des ceintures

Petite astuce : je n’imprime que les fiches réponses de la ceinture blanche. Les élèves colorient eux-même la ceinture avant de faire l’exercice. J’ai imprimé deux pages par feuille A4 pour limiter le nombre de feuilles.

CE1 – Exercices de grammaire

Après un article sur mes exercices de conjugaison au CE1, c’est au tour de la grammaire. Dans cet article, je propose des fiches d’exercices de grammaire. Toujours rien de bien révolutionnaire ! Mais ça peut toujours vous faire une banque d’exercices supplémentaires. 

Vous retrouvez mon codage sur chaque fiche. Ce codage permet à mes élèves de retrouver l’affichage et la leçon qui correspondent à la notion abordée dans les exercices. Chaque feuille d’exercices porte également une lettre qui peut être utile en autonomie. Par exemple, je peux écrire sur les plans de travail de faire la fiche A de la notion G8.

Je vous propose également des petits livrets. Ils regroupent plusieurs notions et peuvent être imprimés en mode livret avec 2 pages par feuilles et en recto-verso. Ces livrets peuvent être utilisés comme des exercices de systématisation après la découverte et la construction de la notion.


LA PHRASE :

G1 – la phrase : A-B
G2 – les types de phrases : A-B
G4 – les formes de phrases : prochainement

Bacady fait de la grammaire :
LIVRET 1 sur la phrase

PROCHAINEMENT


LES CONSTITUANTS D’UNE PHRASE :

G3 – les groupes dans une phrase : prochainement
G5 – le groupe sujet : prochainement

Bacady fait de la grammaire :
LIVRET 2 sur les constituants d’une phrase

PROCHAINEMENT


LES CLASSES GRAMMATICALES :

G6 – les pronoms personnels : A-B
G8 – les noms propres et les noms communs : les fiches d’exercices A-B
G9 – les déterminants : les fiches d’exercices A-B
G12 – les adjectifs qualificatifs : les fiches d’exercices : A-B
MODULE FINAL – la nature des mots : prochainement

Bacady fait de la grammaire :
LIVRET 3 sur les classes grammaticales.


L’ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE :

G7 – les accords sujet/verbe : prochainement
G10 – le genre masculin ou féminin : les fiches d’exercices A-B
G11 – le nombre singulier ou pluriel : prochainement
G12 – les accords dans le groupe nominal : prochainement

Bacady fait de la grammaire :
LIVRET 4 sur l’orthographe grammaticale

PROCHAINEMENT

La monnaie de Bacady – Une monnaie pour la classe

Depuis deux ans, j’utilise des bons points dans ma classe. Cependant, j’aimerai changer un peu mon système et proposer dès l’année prochaine une monnaie de classe. Cette monnaie sera l’occasion de rendre les échanges plus vivants et plus pédagogiques.

J’ai profité de l’arrivée de Bacady dans le monde de Bac de classe pour créer une monnaie à son effigie.

1 BACA correspondant à 1€ (une unité)

10 BACAS correspondant à 10€ (une dizaine)
Il faut 10 pièces pour obtenir un billet de 10 BACAS.

Grâce à cette monnaie de classe, les élèves pourront remporter des récompenses et des privilèges lors des marchés qui seront mis en place tous les 15 jours. Lors de ces marchés, les élèves pourront acheter un privilège ou une récompense.
Ces privilèges seront à déterminer avec eux au début de l’année.

COMMENT GAGNER DES BACAS ?

  • par le comportement : chaque matin, l’élève recevra une pièce BACA s’il a eu un bon comportement la veille.
  • par la validation d’une ceinture : lorsqu’un élève réussira une ceinture, il gagnera une pièce BACA. Lorsqu’il aura validé toutes les ceintures d’une activité, il remportera 4 BACAS.
  • par le travail : lorsqu’un élève aura bien travaillé sur son plan de travail, il recevra 2 BACAS.

LIEN : la monnaie Bacadienne